| CRÉATIONS |

| PREMIER AMOUR - Samuel Beckett |

Consulter le dossier premier amour   

PremierAmour-C-cv2

 

Théâtre Les Déchargeurs

13 juin - 30 septembre 2017

Pourquoi Premier Amour aujourd’hui ?

Parce que Samuel Beckett ouvre un espace vierge, à l’écart de la confusion générale dans lequel notre monde semble se débattre.
À cet endroit, l’homme retrouve la possibilité d’un rapport direct avec lui- même. Dans un vide vertigineux, les mots font irruptions. La langue de Samuel Beckett bouscule les perspectives et le regard porté sur les choses du quotidien. C’est pour chacun l’occasion de réinvestir une écoute singulière, de débrider son imagination.

Le voyage proposé est libérateur. Nul besoin de se raconter des histoires, de s’accrocher à une quelconque représentation de la relation amoureuse. Il y a dans la langage même de l’auteur une expérience charnelle. La beauté surgit du quelconque. Elle est jubilatoire.

L’OEUVRE

C’est en 1945 que Samuel Beckett écrit, en français, Premier Amour.
Nous sommes à l’aube de son œuvre. Et déjà tous les ingrédients y sont réunis.
L’étrangeté et l’exil habitent cette nouvelle, en mettant en jeu le drame et la comédie d’un homme en prise avec son intérieur, en vagabondage dans l’exploration du temps et de l’espace.

Certes, Beckett donne encore à cette époque à voir un personnage : un homme au milieu de sa vie, en quête d’un lieu où être, et un décor : un cimetierre, un canal, un banc, une chambre sous les toits.

Mais déjà l’essentiel est ailleurs.

C’est bien de la langue qu’il s’agit. De sa capacité à nous dégager de l’écume des choses, à échapper aux représentations, à revenir perpétuellement à la question première de ce que signifie être là.

Ce mouvement d’évidement par les mots ne craint pas l’absurdité dans laquelle il laisse le lecteur et le spectateur.
Depuis cet endroit, nait un rapport direct, intense, inspirant, libre, réjouissant avec soi-même, et avec le reste.

LA PRESSE EN PARLE...